Clinique de Réadaptation Hippo-Action Inc.
info@hippo-action.com
1-418-836-2555

Le couple : La base de la pyramide familiale !

Texte à l’attention des parents, traitant de l’importance de s’accorder du temps de qualité en amoureux, à travers le train-train de la vie quotidienne : parce que quand le couple va mal, la famille aussi en souffre.
Par Émilie Châteauvert, travailleuse sociale et coach familial.

Bien plus souvent qu’autrement, avant de devenir une famille, nous étions un couple… Deux êtres unis par un lien d’amour et de confiance, deux personnes vivant dans une marre de bonheur, deux individus uniques partageant leur quotidien, leurs aspirations et leurs rêves.

Un jour, parmi ces dits « rêves », l’idée de concevoir un bébé a jailli : Future maman arrête la pilule, futur papa jette la boîte de condoms et, entre deux séances intensives de surveillance du baromètre d’ovulation, les futurs parents se mettent au travail.

Après quelques (voire plusieurs) essais infructueux et un lot de déceptions, un spermatozoïde accepte enfin de se fusionner à un ovule. Maman annonce à papa la grande nouvelle : Nous sommes enceintes! S’en suit neuf mois de joie intense, entrecoupés par quelques maux de cœur, de la fatigue intense, un nerf sciatique qui coince, une envie de pipi incessante, des brûlements d’estomac et une prise de poids, tant chez papa que chez maman.

Puis, après s’être fait attendre pendant plus ou moins 280 jours (vu comme cela, une grossesse, c’est relativement long!), petit ange décide de se montrer le bout du nez, au grand plaisir de tous ceux et celles qui l’attendaient! Le couple devenu parents s’épanouit dans ce nouveau rôle, la terre cesse de tourner et on fait la fête… Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants?

Définitivement pas…!

Si seulement c’était aussi simple, me direz-vous. Pour reprendre le slogan de Loto-Québec : « Un bébé, ça change pas le monde, sauf que… » Non, un bébé, ça ne change pas le monde, mais ça change un couple par exemple! Oui, les nouveaux parents s’épanouissent dans leur nouveau rôle, mais devenir parents, ça signifie aussi qu’on ne s’occupe plus uniquement de notre petite personne et du bien-être de notre compagne de vie! Toute l’attention est dédiée au bébé tant désiré, si bien que l’on s’oublie en tant que personne et, inévitablement, on oublie notre conjoint(e)… Vous rappelez vous de cette personne avec qui vous aviez pris la décision d’avoir un enfant? Celle avec qui vous cohabitiez, vous partagiez les repas, vous discutiez chaque jour? Cette même personne en qui vous aviez confiance, qui vous faisait sentir bien, que vous aimiez?

L’image de votre couple a fait intrusion dans votre tête en lisant les lignes précédentes? C’est très probable! Rassurez-vous, c’est relativement commun chez la majorité des familles qui ont des enfants à la maison. Problème identifié, il est maintenant temps de prendre les choses en main. Je vous propose donc une liste de petits gestes simples, mais Ô combien efficaces, qui, avec un peu de volonté, pourront certainement redonner un coup de « pep » à votre relation amoureuse! Permettez-vous de redevenir le couple amoureux et complice que vous étiez jadis, pour votre bien-être, mais aussi, pour celui de votre progéniture!

Les petits gestes du quotidien

  • Le matin, au réveil, on met le cadran 10 minutes plus tôt qu’à l’habitude. Pourquoi? Pour commencer la journée en vous enlaçant au lit pendant quelques minutes. Un geste banal me direz-vous, mais trop souvent oublié, car dès que le réveil-matin sonne, c’est le début de la routine matinale durant laquelle on court partout afin que parents et enfants soient prêts à temps pour être à l’heure à la garderie/école/travail ;
  • Au retour du travail, intéressez-vous à la journée qu’a passée votre conjoint(e). Ne vous attardez pas seulement aux résultats scolaires de Thomas ou encore au comportement de Justine à la garderie. Démontrez de l’intérêt envers l’autre parent est tout aussi important que celui que vous accordez à votre marmaille ;
  • Une fois par semaine (autant que possible!), faites souper les enfants avant vous. Une fois que les petits sont rassasiés et tranquilles devant un bon film d’animation, permettez-vous un souper en tête-à-tête, d’une durée approximative de 30 minutes. Préalablement, et dans la mesure où les enfants sont assez âgés pour comprendre, vous leurs expliquerez clairement ce que vous vous attendez d’eux pour la durée de votre repas. Vous pouvez envisager de coucher les petits un peu plus tôt qu’à l’habitude (ex. 19h30 au lieu de 20h), et souper une fois qu’ils sont au lit. Durant ce souper, vous prendrez le temps de discuter (par discuter, je veux dire « se dire les vraies affaires », ce n’est donc pas le moment de parler de la pluie et du beau temps!) ;
  • Prière, svp, d’éteindre vos cellulaires-ordinateurs-tablettes-télévision ou tout autre objet pouvant nuire à la communication et ce, dès que vous mettez le pied dans la maison. Je me permet aussi de vous rappeler que ces gadgets « électromachins » n’ont vraiment pas leur place dans la chambre à coucher conjugale ;
  • Limitez les allées et venues de vos enfants dans votre chambre à coucher. Papa & maman ont droit d’avoir une pièce de la maison qui leur est réservée. Construisez-vous un nid d’amour et d’intimité, c’est tout à fait légitime, au même titre que pour vos enfants, leur chambre à coucher devient un lieu où ils peuvent se réfugier quand ils ont besoin de calme et de repos ;
  • Idéalement, lorsqu’il vous faut aborder un sujet chaud qui pourrait vous mettre dans tous vos états, attendez que les enfants soient au lit (laissons aux adultes ce qui leur appartient). Évitez de tenir dans votre chambre à coucher toute discussion pouvant provoquer des émotions négatives, afin que cette pièce ne soit pas associée à quelque chose de négatif. Privilégiez plutôt la salle à manger, asseyez-vous à la table et placez-vous de sorte à être face à face. Vous pourriez également décider d’aller discuter seul à seul dans un lieu public (ex. restaurant, café, etc.) afin de limiter certains comportements excessifs (ex. cris, pleurs, etc.) ;
  • Le premier du mois, sortez le calendrier et les agendas, fixez-vous une « date » et téléphonez à une gardienne. Prévoyez-vous au moins un moment, de la durée de votre choix, selon vos disponibilités et votre budget : Séance de magasinage, journée de détente dans un centre de santé, souper au restaurant, spectacle, film au cinéma, promenade en plein air, nuit à l’hôtel, etc. ;
  • Mettez en place un système de boîte à suggestions dans lequel vous pourrez glisser des idées de sujet de discussion que vous aimeriez aborder avec votre partenaire. Les sujets peuvent être très variés (ex. planification des prochaines vacances familiales, suggestions de lectures intéressantes, liste des rêves que nous voulons vivre ensemble, évaluation de notre niveau de bien-être, etc.). Faites l’exercice de sortir cette boîte au moins une fois aux deux semaines (par ex. le soir où vous vous faites votre souper en amoureux) afin d’aborder l’un ou l’autre des thèmes présentés. Vous verrez, cela donne généralement lieu à de belles discussions enrichissantes et permet un temps d’arrêt réconfortant durant lequel le couple se retrouve.
  • Connaissez-vous Brin de Jasette, ces jeux axés sur la communication qui vous permettent d’aborder une multitude de sujets avec les autres participants ? Et bien, sachez qu’il en existe une version « Couple ». Pourquoi ne pas l’essayer avec votre conjoint(e) ? Disponible chez plusieurs marchands du Québec, cette activité pourrait donner lieu à de belles discussions et vous réserver quelques surprises inattendues…

N’oubliez pas qu’il est très facile de tomber dans le « laisser-aller » en raison de la vitesse à laquelle passe nos journées, de nos occupations respectives et du temps accordé aux enfants. Par contre, avec de la volonté et des efforts, de l’amour et du respect, de l’humilité et de l’introspection, on arrive à faire de belles choses…

Ainsi, prenez le temps d’être amoureux & heureux de nouveau…

Vous verrez combien votre famille se porte mieux!

Bonne réflexion !

À propos de l’auteure…

Émilie Châteauvert est diplômée du baccalauréat en service social de l’Université Laval depuis mai 2013. Passionnée par l’humain et désireuse de favoriser le bien-être des familles québécoises, Émilie a également suivi une formation en coaching familial, afin de perfectionner son approches auprès de cette clientèle. Elle est également la co-fondatrice des ateliers « Bébé en action », offerts aux parents et leur bébé de 6-12 mois, où elle joue un rôle de soutien et d’enseignement auprès des parents.  Sa facilité à entrer en contact avec les gens, ses connaissances professionnelles et ses aptitudes en communication orientée vers les solutions facilitent le suivi et l’alliance thérapeutique. N’hésitez pas à communiquer avec elle au (418) 955-6246 pour obtenir un petit coup de pouce, tant au plan conjugal que familial.